Simultané du Roy René sur BBO !!!
Le calendrier des tournois

Les prochains tournois : inscrivez vous sur BBO
Mardi 22 septembre (16 donnes soir à partir de 20h00)
Mardi 29 septembre (16 donnes soir à partir de 20h00)
Mardi 6 octobre (16 donnes soir à partir de 20h00)

Téléchargez les numéros d'Atout Bridge
logo atoutbridge v2

Complétez votre collection !
Téléchargez les anciens numéro d'atout Bridge !

Cliquez ici

 

 

Téléchargez et imprimez ICI le n° 68 d'Atout Bridge

 Si votre collection n'est pas complète commandez ICI les numéros à télécharger

 

 

Enchères délicates

Combien de fois ne nous sommes nous pas trouvés avec une main bien difficile à enchérir ! Réponse à un contre, à une « 4ème forcing », la liste est longue, et non exhaustive. Comment réagir ? Prudence, optimisme, pragmatisme ? Mon objectif du jour n'est pas de vous faire ne jamais vous tromper (ce qui m'arrive à moi aussi, de me tromper !), mais que cela arrive un peu moins souvent.
Domaine par domaine, même si les étudier tous prendrait environ un an de cet honorable magazine que vous avez sous les yeux, je vais essayer de vous donner des « tuyaux », des principes (bridgesques), et une façon de procéder que j'aime bien, et qui a rendu célèbre une certaine eau minérale des Vosges, l'élimination.

1 - L'élimination

Je vais vous proposer ici une façon de procéder originale, comme je le disais plus haut, que j'affectionne particulièrement, l'élimination.
Rien à voir avec un quelconque tueur à gages, rassurez-vous, mais lorsque vous possédez une main « embêtante », faites comme ceci : considérez les enchères éventuelles, en écartant bien sûr les grosses loufoqueries, éliminez celles qui présentent le plus d'inconvénients à vos yeux, jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'une, pas forcément la meilleure, mais la moins mauvaise, le moindre mal. Le bridge est ainsi fait que parfois, on possède une main délicate à nommer, cette façon de procéder vous permettra de trouver, très souvent, l'enchère « la plus près des cartes ». Voyons un exemple précis tout bête :

ESON
1 - 1 -
1 - ?  
Ouest
A72
RV985
R6
D54
Ouest
85
D6432
V54
A72
Ouest
V107
A9854
V54
73
Ouest
ARV9
D632
AR54
9
Ouest
72
A986
DV10743
5
2, merci la 4ème forcing, aucune enchère naturelle
possible avec cette main !
1SA, il faudrait six cartes ou cinq très belles pour dire 2.

Passe, le moindre mal, pas une « cata » de jouer au
palier de 1 en fit 4-3.

2, pour l'instant aucun soutien Pique direct n'est possible, on a trop de jeu. 1SA, il aurait fallu anticiper et répondre 1, on aurait pu ensuite les répéter !

Exemple -1-, on ne sait pas encore s'il faut jouer 4, 3SA ou autre, enchère artificielle, donc.
Exemple -2-, l'arrêt Carreau est plus que léger, mais on ne peut rien dire d'autre qu'1SA.
Exemple -3-, on n'a pas de fit 4-4 à Pique, mais on passe car on n'a pas de manche à jouer.
Exemple -4-, embêtant, mais impossible de soutenir à Pique pour l'instant, on le fera plus tard.
Exemple -5-, dire 1SA avec une main 6-4 est ennuyeux, il aurait fallu anticiper les problèmes à venir en répondant 1.

Vous voyez, rien de bien emballant, ni parfois de bien précis, mais, à chaque fois, nous n'avons pas fait une enchère de génie, mais la plus raisonnable possible, dans le contexte qui nous était proposé. n'oubliez pas qu'une enchère fausse risque de faire déraper la séquence, car elle sera souvent irrattrapable !

2 - Réponse à l'ouverture

Vous vous dites peut-être, « Tiens, on revient au cours de première année ». Pas forcément, j'espère que la suite vous fera changer d'avis...

SN
1 ?
SN
1 ?
SN
1  ?
SN
1 ?
SN
1SA  ?
Nord
A7
R8
DV97643
AV
Nord
7
R83
V109
R108643
Nord
72
4
RV965
DV832
Nord
-
RD10974
V863
V94
Nord
10762
9
V97432
63
 2 ! Aucun soutien Carreau possible, 3SA serait un barbarisme incongru.  1SA, malgré le singleton Pique, passe ou 2 sont impossibles.  1SA, qui ne promet une main régulière qu'après ouverture d'1, on ne peut rien dire d'autre.  1SA, on enrage de ne pouvoir, pour l'instant, montrer ces six beaux Cœurs, patience...  3, Texas Carreau. Bien sûr, parfois, Sud aura quatre cartes à Pique, c'est la vie...

 À l'autopsie, aucune de ces enchères n'est bien « ragoutante », mais chacune est obligatoire, par manque ou surcroit de jeu, vous avez, à chaque fois, choisi non pas une enchère qui vous fera passer à la postérité, au Panthéon du bridge, mais la moins mauvaise.

 3 - Redemande du répondant après 1x - 1SA - 2y - ?

Je ne vais pas vous demander de retourner en cours de maths résoudre des équations, prenons, comme vous y êtes bien habitués maintenant, un exemple concret :

ESON
1 - 1SA -
2 - ?  

 

Ouest
9
V98653
D72
A95
Ouest
R8
96
RD1083
D763
Ouest
7
R94
DV10854
R63
Ouest
63
A94
RV107
D963
Ouest
R7
A943
10852
R72
Passe, tant pis, au pire on jouera en fit 4-3, que dire d'autre ?

3, montre un gros honneur Pique second et un gros soutien Carreau au moins 5ème.

3SA, courte à Pique, gros soutien Carreau au moins 5ème. 3, facile ça, un soutien 4ème, 8-10 H, bien meilleur qu'une préférence à 2. 2, plus malin que 3, avec cette couleur miteuse et ce beau Roi de Pique.

4 - Réponse au contre d'appel

Certaines mains seront parfois difficiles à nommer, il faudra procéder, une fois encore, au « moins pire » à défaut « d'au mieux », voyons cela :

NESO
1 X - ?
Ouest
984
V754
863
V72
Ouest
854
72
RV95
A863
Ouest
94
DV1083
754
632
Ouest
RV94
-
AV964
DV72
Ouest
943
V105
D984
AV6
1, d'une voix assurée, le mensonge le plus économique ! 2, on aimerait faire plus avec 8 H, mais quoi ? On en a sous le pied... Passe, espérant que ça chute, les alternatives sont pires. 2, aucune enchère naturelle possible, trop de jeu, vive le cue-bid. 1SA, d'accord, l'arrêt Cœur est léger, mais 8 H 4333, 1SA est le moins mauvais choix.

Vous serez donc parfois obligé de mentir, mais ne vous inquiétez pas trop, votre partenaire sait que vous avez pu avoir des problèmes dans votre réponse à son contre d'appel, et ne va pas vous « bombarder » la manche sans s'être enquis de la véracité de votre enchère.
Parfois, votre partenaire passera sur votre réponse au contre, parfois pas, la poursuite de votre chemin de croix (il y a douze stations, patience !) ne se fera pas sans difficultés, voyons cela :

NESO
1 X - 1
- 2 - ?

 

Ouest
V9654
10732
94
65
Ouest
DV9
82
107542
R63
Ouest
V107
83
96543
V54
Ouest
V10954
DV732
8
D4
Ouest
10763
DV9
V1054
R32
2, ne montre en rien une main forte, mais du Pique et du Cœur ! 2SA, 5-6 H, un semblant d'arrêt Carreau. 2, en soupirant (pas trop fort quand même), que dire d'autre ? 4, olé ! Le partenaire a au moins 17 H, nommons la manche. 3SA, arrêt Carreau, maxi de la réponse d'1.

 En fait, comme souvent dans la phase des enchères, on donne le plein de sa main. La redemande à 1SA, après un contre d'appel et une réponse sans saut du partenaire, montrant 19-20 H, le répondant saura quoi faire, conclure, passer, répéter sa couleur à saut, sans saut, changer de couleur à saut, sans saut, etc.
Le contreur devra se méfier lorsque le répondant répètera sa couleur sans saut, celle-ci pourra être troisième...

5 - Réponse à un bicolore à saut

 

Ce genre de redemande a plusieurs avantages, elle est forcing de manche, montre une main bicolore, etc. mais a un inconvénient, elle élève pas mal le palier des enchères. Si les trois premières enchères auront été assez faciles, la redemande du répondant pourra parfois poser des problèmes, du genre :

 

ESON
1 - 1 -
2 - ?  
Ouest
V963
AD72
854
63
Ouest
ADV
10954
863
972
Ouest
A72
D9653
D107
83
Ouest
DV43
AD732
5
1094
Ouest
7
AR96
R72
DV984
3, interdit de sauter à 4, Ouest pouvant posséder un soutien Cœur sans quatre Piques. 3, 4ème forcing sans soutien noir correct, demande d'arrêt pour les S-A. 2SA, meilleur que de répéter des Cœurs miteux. 4, soutien Pique 4ème, courte à Carreau. 4, 3 serait forcing, mais un saut est bien plus descriptif.

 Pas la partie la plus facile de notre sujet du jour, il faut savoir que, dans ce genre de séquence, l'ouvreur ne possède pas toujours quatre cartes à Pique. Vous ouvrez d'1, votre partenaire répond 1, et vous possédez la main suivante : AR3 DV107 ARD94 7. Votre main est trop belle pour un « Splinter » à 4, et beaucoup trop belle pour un saut à 4, qui risquerait de vous faire empailler tous les chelems de la création. Vous faites donc un saut à 2, rendant la séquence forcing de manche. Vous voyez que, du coup, le répondant ne peur sauter à 4, dans le moins bon fit.
La seconde enchère du répondant, étudions là via un petit tableau :

ESON
1 - 1 -
2 - ?  
2SA : arrêt Carreau, ni cinq beaux Cœurs, ni quatre Piques, pas de bon soutien Trèfle.
3 : soutien, au moins un honneur 3ème, ou quatre cartes.
3 : 4ème couleur forcing « poubelle ».
3 : cinq belles cartes au moins.
3 : quatre cartes, sans arrêt Carreau.
3SA : quatre cartes à Pique avec arrêt Carreau.
4 : gros soutien Trèfle, main de chelem.
4 : Splinter, fit Pique, courte à Carreau, proposition de chelem.
4 : couleur autonome, pas intéressé par un chelem.
   

 

 Notez les enchères de 3 et 3SA, comme après un bicolore cher de l'ouvreur, bien pratiques pour différencier les mains avec arrêt Carreau des mains sans arrêt.

En résumé, il ne faut pas gêner l'ouvreur, en l'obligeant à faire une 3ème enchère peu descriptive, s'il a sauté à 2 avec un soutien Cœur 4ème, il doit pouvoir l'exprimer le plus rapidement possible. Par la suite, c'est plutôt le répondant qui deviendra le capitaine de la séquence, la main de l'ouvreur étant fort bien zonée en points (19-21).

6 - Problème des Carreaux

Qu'est ce que c'est encore que ce truc, devez-vous vous demander, ho c'est très simple, regardez cette séquence, par exemple :

SONE
1SA - 2 -
2 - 3  -

Et maintenant, en Sud, vous vous trouvez avec tout un tas de main différentes (enfin de 15-17 H quand même, pas de panique), soutien Cœur, pas de soutien, arrêt Pique sans arrêt Trèfle, soutien Carreau, arrêt Trèfle sans arrêt Pique, enfin c'est un peu la pagaille, l'enchère de 3 ne laissant plus beaucoup de place vers 3SA.
Pourquoi n'y a-t-il pas le « problème des Trèfles » ? Pas de jaloux, c'est tout simplement parce que l'espace supplémentaire laissé par cette séquence :

SONE
1SA - 2 -
2 - 3  -

 Donne beaucoup plus d'opportunités à l'ouvreur de décrire sa main !

Mais le « problème des Carreaux » ne se limite pas à une seule séquence, regardez, par exemple, celle-ci :

SONE
1 - 2 -
3 - ?  -

 Là c'est le répondant (chacun son tour, après tout !) qui est dans la mouise, s'il ne possède pas d'arrêt Cœur, par exemple...
Vous pensez bien que les grands « penseurs » français (du bridge) se sont penchés sur la question et ont développé ces séquences afin d'atterrir, tant que faire se peut, au bon contrat. Prenons notre premier exemple :

SONE
1SA - 2 -
2 - 3 -
?      
3 : soutien Cœur, ou pas d'arrêt Pique, on lèvera l'ambiguïté plus tard.
3 : arrêt Pique, pas de soutien Cœur, ni d'arrêt Trèfle.
3SA : arrêts noirs, pas de soutien Cœur.
4 : main très orientée pour jouer à la couleur puisque l'on dépasse 3SA.
4 : soutien dans une main minimum.
   

 

 

 

 

Sur 3, le répondant, avec une main de manche, dira 3SA avec une main 2542, 3 avec un problème à Trèfle, et sera bien embêté avec l'arrêt Trèfle et singleton Pique, par exemple... Pas trop le choix, il devra dire 3SA, libre à l'ouvreur de revenir à 4 ou de passer, dans l'espace qui est laissé, parvenir à la perfection serait compliqué...

Sur 3, le répondant n'aura donc pas le droit de conclure à 4, pas bien grave...
Pour un autre genre de séquence, cela va fonctionner de la même façon, à peu de choses près :

SONE
1 - 2 -
3 - ?  
3 : arrêt Cœur, problème à Trèfle.
3 : soutien ou problème à Cœur pour les S-A.
3SA : arrêts Trèfle-Cœur.
4 : en route pour le chelem.
4 : 12-15 DH atout Pique.
   

 

 

 

 

Déjà, on est stabilisé par le fait que le soutien à 3 rend la séquence forcing de manche. Sur 3 ambigu, l'ouvreur devra en priorité dire 3SA s'il arrête les Cœurs. Il est bien évident que lorsque le répondant possède une main avec le soutien Pique et un espoir de chelem, il continuera la séquence, par un contrôle la plupart du temps.

7 - Canapé

Non, je ne me suis pas transformé en vendeur de meubles, simplement, parfois, la force des choses nous a fait nommer en premier une couleur alors que l'on en possédait une autre plus longue. L'attrait pour la découverte d'un fit majeur conduit parfois à ce genre de choses. Votre partenaire ouvre d'1, vous possédez la main suivante : 72 A984 6 RV10743, pensez-vous à répondre autre chose qu'1 ? Moi non.
Ceci étant, la suite de la séquence fera que votre belle couleur annexe ne sera pas forcément « enterrée », je ne voudrais pas me comporter en fossoyeur du bridge. Dans quelles conditions pourrons-nous montrer cette belle longue ? Vous êtes en Nord avec la main ci-dessus :

 

SONE
1 - 1 1
- - ?  
SONE
1 - 1 -
1SA - ?  
SONE
1 - 1 1
1SA 2 ?  
SONE
1 - 1 2
- - ?  
 2, pas du tout « 4ème forcing », mais canapé, plus de Trèfles que de Cœurs, non forcing.  2SA, j'aime bien jouer cette enchère Texas Trèfle, et avec 11 H réguliers passer par un « Roudi ».  3, six cartes, pas de fit Cœur à chercher.  3, ici c'est un soutien, en fait, non forcing, bien sûr.

En gros, à chaque fois que vous auriez pu faire un contre d'appel (sauf dans la séquence numéro 2), mais que vous ne l'avez pas fait, le fait de nommer une nouvelle couleur économique ne rallonge en rien la première, au contraire, mais montre six cartes dans la seconde, sans intérêt pour la première. Vous connaissiez (je suppose...), le classique canapé dans ce genre de séquence :

SONE
1 Min - 1 Maj -
1SA - 2  
Où le répondant montre le désir de jouer le contrat de 2, et surtout pas au palier de 2 dans la majeure qu'il a répondu, eh bien, il existe d'autres séquences que celle-ci.    

 

 

 

Reconnaissez que c'est très pratique de pouvoir montrer sa main en deux enchères, pas d'espoir de manche, et le souhait de jouer le contrat dans notre couleur la plus longue. Notez que cela suit la seconde enchère de l'ouvreur qui aura montré par son passe une main minimum et pas fittée dans la couleur que vous avez initialement répondue.

8 - Réponse à une 3ème ou 4ème forcing

Les priorités, pour la troisième enchère de l'ouvreur sont les suivantes :

 

* Donner un soutien différé dans la couleur de réponse.
* Nommer les S-A.
* Clarifier sa distribution.

 

Mais tout ne va pas forcément parfaitement bien dans le meilleur des mondes, parfois, des mains seront délicates à nommer, exemples :

SONE
1 - 1 -
2 - 2 -
?      
Sud
732
R4
V5
ARV743
Sud
AR4
7
954
AR10965
Sud
7
RD
A943
DV8754
 3
Comme si on en possédait sept, impossible de dire autre chose.
 2
Force dans la couleur, on ne peut pas en posséder quatre !
 3
Naturel, mais on ne pouvait faire un bicolore cher.
SONE
1 - 1 -
2 - 2 -
?      
Sud
-
A943
RD732
AV64
Sud
A7
63
ARV63
RD105
Sud
AV4
-
RV10732
R964
3
Le partenaire pourrait en posséder quatre, alors nommons la couleur.
3
Ne rallonge rien, mais dénie trois Piques ou l'arrêt Cœur.
2
Préférons soutenir plutôt que montrer un sixième Carreau.

 À chaque fois que l'enchère que vous aurez à faire ne fait pas partie de votre bagage technique, essayez de faire preuve de bons sens, et souvenez vous des priorités citées plus haut, elles vous seront, souvent, d'un grand secours.

9 - Redemande après un bicolore économique de l'ouvreur

Un « chapitre » qui parait simplissime, mettez-vous plutôt à la place d'Ouest :

ESON
1 - 1 -
2 - ?  
Ouest
AV63
D9
R85
V972
.
   

 

 

 

 

 

Délicat, non ? En gros, quelles sont les possibilités ? Rappelez-vous le titre de notre premier chapitre, l'élimination. Ouest peut dire :

  • 2 : avec 11 H, un sous bid manifeste.
  • 2 : une 4ème forcing avec 11 H 4234... Bof.
  • 2SA : la Dame de Cœur seconde est un arrêt assez léger...
  • 3 : soutien non forcing.

Aucune enchère qui transporterait le partenaire dans un état extatique duquel il aurait du mal à revenir !
Alors, procédons par élimination, la méthode que j'aime bien :

  • 2 définitivement non, c'est l'enchère la plus pessimiste, l'empaillage est tout proche.
  • 2, pas très emballant avec cette main, on risque de jouer la manche avec 12 en face de 11, elle gagnera trop rarement.
  • 2SA, re bof, la Dame seconde à Cœur est quand même un arrêt très fragile, on risque de manquer de levées.
  • 3, ma préférée, en principe cette enchère montre 9-10 H, on en a un de trop, ce qui n'est pas un drame. Si l'ouvreur est mini, il passera.

Encore une fois, rien de sorcier, ne soyez ni trop pessimiste ni trop optimiste, j'aime bien l'expression au bridge, dans la phase des enchères, d'être «raisonnablement agressif».

10 - Contre d'appel après 1 2♣

Une séquence toute bête mais dans laquelle règne souvent un flou artistique pas forcément synonyme d'efficacité et de précision... Je vous surprendrais si je vous disais que nous n'allions pas mettre un peu d'ordre dans ce capharnaüm !
Disons en introduction (ça change du préambule !) que le contre après un début de séquence 1 l'ouvreur, 2 l'intervenant, montre au moins une majeure 4ème.

ESON
1 2 ?  
Ouest
V64
D73
A865
RV4
Ouest
A94
R7
ADV63
954
Ouest
AV64
R874
V9
763
Ouest
ADV72
D94
63
742
Ouest
R7
AD106
RD943
72
2SA
À quoi servirait un contre, 11 H et l'arrêt sans majeure 4ème, 2SA, bien sûr.
3
Un cue-bid classique, pas d'enchère naturelle possible.
Contre
Parfait, partenaire, nommez une majeure si possible.
Contre
Pas assez de jeu pour dire 2, qui montrerait 11 H et plus.
Contre
Prioritaire par rapport au soutien à Carreau.

Ce contre d'appel est donc orienté vers les majeures mais peut provenir de pas mal de mains différentes. Il est illimité en points d'honneur, peut cacher une majeure 5ème, mais aussi un bon soutien à Carreau,l'ambiguïté sera levée plus tard. Comment devra répondre l'ouvreur à ce contre d'appel ?

 

SONE
1 2 X -
?      
2 : main de 1ère zone, sans majeure 4ème.
2 : quatre cartes, main de 1ère zone, peut avoir quatre cartes à Pique.
2 : quatre cartes, main de 1ère zone sans quatre cartes à Cœur.
2SA : 12-14 H sans majeure 4ème, arrêt Trèfle.
3 : forcing de manche sans majeure 4ème, demande d'arrêt Trèfle.
3 : main de zone 2 avec six belles cartes.
3/3 : quatre cartes, forcing de manche.
3SA : 18-19 H réguliers sans majeure 4ème, arrêt Trèfle.
4**** : nouveau, les deux majeures 4èmes, main forte.
  

 

 

 

 

 

 

11 - Enchère du numéro 3 après ouverture majeure et intervention à 2SA bicolore mineur

Bien embêtante cette intervention, puisqu'elle nous oblige à parler au palier de 3. il va falloir réagir avec circonspection, le numéro 2 étant distribué au moins 5-5 dans les mineures, les partages des couleurs vont être parfois chaotiques, le « raisonnablement agressif » devra être notre marque de fabrique. Voyons comment devra réagir le numéro 3 :

SONE
1 2SA* ?  
X : s'il est suivi d'un second contre, punitif.
3 : soutien Cœur, 12 DH et plus..
3 : cinq Piques au moins, forcing de manche.
3 : soutien Cœur, 8-11 DH.
3 : six cartes, 10-11 H.
3SA : pour les jouer !
Passe puis contre : d'appel 

 

 

 

 

Le soutien au palier de trois est donc un peu plus consistant que le soutien au palier de 2 s'il n'y avait pas eu d'intervention.
On se sert des deux cue-bids pour montrer les majeures, cue-bid le plus économique pour la couleur la moins chère, cue-bid le plus cher pour la couleur la plus chère, assez logique, somme toute.
Le contre sert à initier un processus punitif, s'il est suivi d'un contre de l'ouvreur, ou d'un second contre du répondant. Pour être le plus précis possible, voici les réponses après ouverture d'1 :

 

SONE
1 2SA* ?  
X : s'il est suivi d'un second contre, punitif.
3 : cinq Cœurs au moins, forcing de manche.
3 : soutien Pique, 12 DH et plus.
3 : six cartes, 10-11 H.
3 : soutien Pique, 8-11 DH.
3SA : pour les jouer !
Passe puis contre : d'appel.

 

 

 

 

 

Et donc la nomination de l'autre majeure au palier de 3 est optionnelle et montre six cartes.
Sûrement pas parfait, mais avec ce mini système, on couvre quand même pas mal de cas.

12 - Privation du Blackwood ou de sa réponse

Douzième et dernière station de notre chemin de croix ! Ou dernière huitre de notre assiette, au choix !
Le chapitre le plus délicat, on termine en beauté !

Parfois, l'élévation brutale des enchères fait que le palier de 4SA est dépassé plus vite qu'on ne l'aurait souhaité, comment faire pour poser le Blackwood, en ce cas ? Doit-on « plonger » aveuglément au chelem sans garantie, sachant que de toutes façons il va être atteint, contrer les adversaires, ou se contenter du palier de 5 ? Voyons un exemple précis :

SONE
1 2 4 5
?      

Nord/Sud vulnérables

Ces lâches adversaires ont profité de la vulnérabilité favorable pour vous pousser dans vos derniers etranchements.
Que faire ?
Le passe n'est pas forcing, laissant le choix à Nord de passer, surenchérir ou contrer.
Le contre est punitif et synonyme de « on en reste là ». Pour enlever, il faudrait que Nord possède une main très spéciale, en longueur d'atout ou distribution.
5 est pour les jouer, en défense ou en attaque.
5SA est Blackwood ! Bon à savoir, lorsque le palier de 4SA est dépassé en compétitives, c'est 5SA qui fait office de Blackwood, Sud doit posséder une main très spéciale, il a envie de jouer 7 !

 

 

 

 

 

 

 

Attention , si vous décidez de dire 5SA Blackwood, que la réponse éventuelle de votre partenaire ne dépasse pas la couleur de l'atout dans lequel vous avez décidé de jouer, les conséquences pourraient être catastrophiques !

Et pour finir, les réponses au Blackwood lorsque l'adversaire vous empêche, en parlant, de « dérouler » le fil de votre nombre de « clés » ou d'As suivant le Blackwood que vous jouez (à l'heure actuelle, au moins 90% des paires de compétition jouent le « cinq clés ».

SONE
1 1 2 3
4SA 5 ?  

 

Bien embêtant, d'ailleurs, c'est fait pour ! Comment faire avec ce barrage intempestif ?
Voilà la solution, répondez par paliers. Si vous jouez, par exemple 41-30 :

Passe : 1er palier, 4 ou 1.
Contre : 2nd palier, 3 ou 0.
5SA : 3ème palier, 5 ou 2, sans la Dame d'atout.
6 : 4ème palier, 5 ou 2 avec la Dame d'atout.

Dans le peu de place laissée, c'est le mieux (ou le moins mauvais) que j'ai trouvé.

En général, avec son jeu sous les yeux, l'ouvreur connaitra votre nombre de clés, l'écart entre 3 ou 0, 4 ou 1 et 5 ou 2 étant énorme.

Voilà, comme indiqué nous n'avons pas couvert toutes les enchères délicates, peut-être si j'ai droit à une seconde vie un jour, le sujet étant quasiment aussi vaste que le bridge.

J'espère néanmoins vous avoir suggéré quelques principes, voire astuces qui pourront vous être utiles.

 

Place aux exercices