Simultané du Roy René sur BBO !!!
Le calendrier des tournois

Les prochains tournois : inscrivez vous sur BBO
Mardi 27 octobre (16 donnes soir à partir de 20h00)

Téléchargez les numéros d'Atout Bridge
logo atoutbridge v2

Complétez votre collection !
Téléchargez les anciens numéro d'atout Bridge !

Cliquez ici

blank
Edito de septembre 2020

Edito de septembre 2020

Drôles de Dames... Pendant ce bizarre été 2020, deux grandes Dames du bridge, d'où la majuscule...

Savoir lire l'entame

Savoir lire l'entame

Tout se joue parfois dès la première carte, si vous n'y croyez pas, j'espère vous faire changer...

Septembre 2020

Septembre 2020

1- Qui a tort ?Et la catastrophe est bel et bien là, 5♠ - 1 avec 6♦ sur table ! Qui est, à votre...

Septembre 2020 - Réponses

Septembre 2020 - Réponses

1- Qui a tort ?Et la catastrophe est bel et bien là, 5♠ - 1 avec 6♦ sur table ! Qui est, à votre...

Première carte

Première carte

Celle que vous jouerez sera, parfois, capitale. Que vous soyez en défense ou en attaque, le sort...

  • Vous cherchez un stage ou un voyage ?

    Vous cherchez un stage ou un voyage ?

  • Edito de septembre 2020

    Edito de septembre 2020

  • Savoir lire l'entame

    Savoir lire l'entame

  • Septembre 2020

    Septembre 2020

  • Septembre 2020 - Réponses

    Septembre 2020 - Réponses

  • Première carte

    Première carte

 

 

Téléchargez et imprimez ICI le n° 68 d'Atout Bridge

 Si votre collection n'est pas complète commandez ICI les numéros à télécharger

 

 

Drôles de Dames...

Pendant ce bizarre été 2020, deux grandes Dames du bridge, d'où la majuscule inhabituelle, pour ce qualificatif, nous ont quitté et notre cœur est lourd.

Parodiant un célèbre feuilleton américain des années 80, avec le fameux Charlie que personne n'a jamais vu, ces deux « Drôles de Dames », Maria-Teresa LAVAZZA et Catherine D'OVIDIO née SAUL, auront marqué l'histoire du bridge.

Maria-Teresa, dont le décès est chronologiquement le plus ancien (juillet) a un patronyme mondialement connu, qui n'a pas bu, un jour, un café « Lavazza » ? Mais son activité bridgesque était très intense, puisqu'elle était depuis des décennies la capitaine et la « patronne » de l'équipe nationale open transalpine, et Dieu sait (celui que vous voulez, je ne suis pas sectaire) que cette équipe a survolé le bridge mondial dans nombre de compétitions. Cette grande Dame a permis, via sa société, aux talentueux joueurs italiens de ne pas se préoccuper des problèmes matériels, ils étaient contractuellement « salariés » pour exercer leur passion, ce qui leur permettait, bien sûr, de jouer l'esprit libre, sans avoir le souci de savoir de quoi demain sera fait. Des esprits chagrins pourraient dire « Si elle l'a fait c'est qu'elle le pouvait », certes, mais rien ne l'y obligeait. Je ne connais pas beaucoup, personnellement, ces grands champions italiens, mais nul doute que Maria-Teresa a largement contribué au nombre impressionnant de succès obtenus à partir du moment où elle a décidé de s'investir et d'investir dans le bridge. Bravo et merci.

Catherine, décédée fin aout, c'était « LA » grande championne, et à tous les points de vue. Citer son palmarès depuis ses débuts, la revue entière n'y suffirait pas, championne du monde, d'Europe, de France, numéro une mondiale, et tout cela plusieurs fois, elle aura marqué l'histoire du bridge par sa classe, sa gentillesse et sa rage de vaincre. Catherine était une battante, jamais vaincue, s'accrochant au moindre imp. qui pouvait trainer à sa portée, il me revient une anecdote, il y a une dizaine d'années, je la contacte pour lui demander si elle accepterait que je fasse son portait pour une de nos anciennes revues. « Avec joie » me répondit-elle fort aimablement. Ravi de brosser le portait d'une de mes idoles, nous concluons la chose, et après elle se confondit en remerciements alors que ce sont mes lecteurs et moi qui lui seront à jamais reconnaissants, c'est ça la classe, et pas que bridgesque. Adieu Catherine et merci pour tout ce que tu as fait et que tu nous a apporté comme joies et comme fiertés de t'avoir connue.

Vive le bridge.

Yves JEANNETEAU.

Restez informés grâce à notre newsletter